Reconnue pour sa grande musicalité et la richesse de son timbre, Victoire Bunel est reçue  première nommée au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (CNSMDP)  en 2013 où elle étudie dans la classe de Valérie Guillorit.  
Elle commence sa formation à l’âge de 8 ans en étudiant le piano et en intégrant le conservatoire Nadia et Lili Boulanger où elle passera deux ans aux côtés de Claire Marchand et Christine Morel. Sa sensibilité artistique sera en grande partie développée durant sa scolarité à la Maîtrise de Radio France où elle va recevoir une formation d’excellence sous la direction de Toni Ramon. Elle poursuit son cursus au Département Supérieur pour Jeunes Chanteurs créé par Laurence Equilbey où elle va recevoir son Diplôme d’Etudes Musicales à l’unanimité avec les félicitations du jury. Parallèlement Victoire Bunel obtient une Licence de Musicologie à la Sorbonne en 2009.  
La jeune mezzo-soprano s’intéresse à de nombreux répertoires : elle se produit en récital avec orchestre, par exemple sous la direction d’Emmanuelle Haïm au Grand Salon des Invalides, ou Martin Gester au musée de l’armée, mais aussi en récital de mélodies et lieder avec piano notamment au Petit Palais à Paris, au Théâtre Impérial de Compiègne ou encore au Wigmore Hall à Londres. Elle a été l’invitée de Gaëlle Le Gallic sur France Musique pour un récital avec sa pianiste Sarah Ristorcelli avec qui elle a remporter le prix spécial de la meilleure interprétation des mélodies de Déodat de Séverac et Gabriel Fauré au VIIIe Concours International de Mélodie Française de Toulouse. Elle a participé aux Udo Reinemann Masterclass de Bruxelles où elle a entre autre pu travailler avec Anne Sofie von Otter, Julius Drake et Dietrich Henschel. En juillet 2016 et 2017 et 2018 elle participe au Kuhmo Chamber Music Festival (Finlande) pour une série de 10 concerts comme mezzo-soprano solo. Passionnée par le jeu d’acteur, Victoire Bunel se consacre aussi à l’opéra. En 2012 elle fait ses premiers pas sur scène lors d’une résidence à Royaumont dans le rôle d’Abel dans Caïn de Scarlatti avec Stéphane Fuget. On la retrouve ensuite dans le rôle de Valetto dans l’Incoronazione di Poppea de Monteverdi, plus récemment dans la production les 10 minutes de Vincent Vittoz, dans le rôle de Miss Page dans l’opéra Die Lustigen Weiber von Windsor d’Otto Nicolaï, dans celui de Mélisande dans Pelléas et Mélisande de Debussy au théâtre de l’Etoile du Nord à Paris et dans le rôle de Martha dans Faust de Gounod à la Rudolf Steiner House. Dernièrement elle interprétait Jenny dans l’Opéra de Quat’sous de Kurt Weill au Shoreditch Town Hall de Londres mis en scène par Walter Sutcliffe ainsi que Speranza dans l’Orfeo de Monteverdi au festival de Beaune.  
Après une année Erasmus à la Royal Academy of Music à Londres, Victoire Bunel retourne au CNSMDP, elle terminera son Master au mois de juin 2018. Prochainement, elle sera entre autre  Théone dans Phaëton de Lully avec Le Poème Harmonique (direction V. Dumestre, mise en scène B. Lazar) à Perm (Russie) et à l’Opéra Royal de Versailles, puis Paula dans Le Miroir d’Alice de Thomas Nguyen à l’Opéra de Reims mais aussi mezzo-solo dans le Requiem de Ligeti à la Philharmonie de Paris. Victoire Bunel bénéficie du soutien de la Fondation Meyer, de la Fondation d’entreprise Safran pour la Musique, de la Tokyo Fondation et de la Fondation Accenture.